Interview Thierry Georegs (Kiné) avant Mulhouse

Publié le par Lucy

Les Chartrains rencontrent les Mulhousiens ce soir à Cochet! De nombreux blessés sont à déplorer. Thierry Georges, l'un des 3 kinés du CMHB répond aux questions d'Alexandra.Thierry Georges est l'un des 3 kinésithérapeutes du CMHB avec Alain Burgevin et Benoit Laval.

1- Au vu des nombreux blessés et des matches qui vont s'enchaîner, pouvez vous nous faire un point sur l'état de l'infirmerie? 

Il y a toujours Emeric qui est en arrêt pour son nez, Ghenna qui a une entorse à la cheville, Reda qui s’est fait mal au mollet, il doit donc passer des examens pour connaître la durée de son indisponibilité, et Alex Vu qui est arrêté aussi il a mal genou.

Quand à Capit’ il a reprit l’entraînement cette semaine.

2- Quel est l'importance du Staff médical dans une équipe de handball de haut niveau?

Elle est importante car c’est nous qui sommes le plus proches sur le terrain. Tout savoir orienter et faire le premier diagnostic et après orienter les soins : faut-il voir un médecin ou pas ? Puis surtout le travail pour un staff médical dans une équipe de handball de haut niveau c’est le travail en coordination avec l’entraîneur, les médecins, les kinés et il faut échanger entre nous pour pouvoir par exemple mettre un joueur au repos, ménager certains joueurs sur des matches…. C’est un rôle très important et qui prend plus en plus d’importance et c’est pour ça que la fédé impose des règles comme un kiné à chaque match, un médecin à domicile.

3-Votre rôle de kiné, vous amène t-il à avoir des liens privilégiés avec certains joueurs?

Evidemment. Le kiné passe beaucoup de temps. On communique beaucoup avec eux. Dans ce milieu, je pense qu’on est ceux qui communiquent le plus avec nos patients. Les sportifs ne sont pas des patients comme les autres, on passe beaucoup de temps avec eux donc effectivement, il y a beaucoup d’affinités et d’échanges.

4- Lors de vos interventions sur le parquet, avez vous déjà craint le pire?

Généralement non. Enfin de mon point de vue personnel, ce qui a était le plus dur en ce début de saison c’était la blessure d’Emeric, que j’ai vu tout de suite car j’étais au première loge ; c’est vrai que c était très spectaculaire car on avait du mal à arrêter l’hémorragie. C’était tout un enchaînement de choses qui ont fait que c’était stressant. Mais sinon il n’y a jamais eu de gros pépin ! Les seuls problèmes à craindre sont les problèmes cardiaques car malheureusement personne n’est à l’abri de ça, surtout pour des sportifs de haut niveau. Mais heureusement nous n’avons pas été touchés par ça à Chartres, pour l’instant.

5-Qu'est ce qui vous a amené à devenir kiné pour une équipe de handball? 

Je crois parler pour l’ensemble du staff médical : le goût pour le sport. On apprécie surtout dans le hand le côté relationnel, car je pense que les handballeurs sont des gens qui tiennent la route et qui ont tous des qualités humaines très importantes.

 

Publié dans N1 - Actu

Commenter cet article