Une quatrième recrue au CMHB... Mario ANIC !!

Publié le par Lucy

mario-anic.jpg

 

 

1/ De 2006 à 2010 Saint-Raphaël, et de 2010 à 2012 : Gummersbach.

Mais avant tu étais un joueur de basket !

Peux-tu nous faire un point sur ce parcours atypique ?

 Et bien j’ai commencé le basket vers l’âge de 7 ans, j’en ai fait pendant 8 ans. Quand j’ai eu la possibilité de rentrer en centre de formation de basket, mon père m’a demandé de réfléchir avant de prendre cette décision et de faire un entrainement de handball pour voir si cela me plaisait, et voilà comment je suis tombé dedans !

Mais pourquoi ton père a voulu te mettre au handball ?

En fait, mon père est handballeur, mon frère est handballeur, donc il voulait que je fasse un essai, sans me forcer, et cela m’a plu !

J’ai donc débuté à Saint-Raphaël en -16 ans, ma première année, puis deux années de -18 ans, enfin un an de N3. S’est présentée ensuite la proposition de Gummersbach, où j’ai fait un an de N2 au cours de  laquelle l’objectif était de monter en N1, chose faite ! Nous sommes une équipe très jeune car la moyenne d’âge est de 20-21 ans, notre but est de se maintenir, cela devrait se faire car nous sommes 8 ou 9e et qu’il nous reste quatre matchs de championnat.

Gummersbach est en Bundesliga (équivalent de la D1/LNH Française). As-tu joué des matchs ?

J’ai fait quelques petites apparitions en Bundesliga. Ça a été un immense honneur de jouer avec mon frère (Igor Anic) car il fait partie des meilleurs pivots au monde. J’ai eu le plaisir de jouer avec lui maintenant j’ai envie d’avoir le plaisir de jouer contre lui !

 

2/ Et maintenant Chartres pour 1 saison !

Pourquoi ce choix de retour en France à ce moment de ta carrière sportive ?

J’ai envie d’augmenter mon niveau, d’évoluer, d’avoir plus de temps de jeu dans un niveau supérieur, et je sais que je peux bénéficier de cela à Chartres. Je pourrai évoluer auprès d’une belle équipe et des nouvelles recrues qui sont Sébastien Mongin, Sébastien Ostertag et Robin Molinié avec qui j’ai déjà joué. Cela me permettra d’apprendre et de profiter de leur expérience, ils pourront me conseiller et pourquoi pas d’ici quelques années me retrouver en LNH !

As-tu consulté ton frère, ta famille sur cette proposition chartraine ?

Oui, j’en ai parlé avec mon frère et mes parents. Mon frère m’a conseillé et m’a dit que cela état une très bonne chose que je vienne à Chartres au vu du projet, du club, de l’équipe et du niveau !

Que va-t-il te manquer de l’Allemagne ? 

Tout d’abord mon frère étant donné que l’on était dans la même ville, le même club, ça va me manquer de ne plus le voir tous les jours ! Aussi cette petite ville de Gummersbach qui va me manquer et mes amis que j’avais là-bas ! Et une autre chose certainement, mon logement ! En fait, avec les jeunes du centre de formation, on était logés au dernier étage d’un hôtel 4 étoiles, donc on était chouchoutés par le personnel de l’hôtel : on mangeait au restaurant de l’hôtel et le ménage était fait dans nos chambres ! Mais bon, de vivre désormais dans un appartement va m’obliger à grandir et à prendre soin de moi tout seul !

 

4/ Comment s’est concrétisée ta venue dans le 28 ?

Est-ce toi qui s’est rapproché du CMHB ou est-ce le club qui s’est montré intéressé par ton profil ?

 

En fait, le CMHB et moi avons une personne en commun, Jérôme Fillette, il a tout d’abord fait le lien. Le club avait émis l’hypothèse d’un besoin d’un pivot de grande taille pour varier le style de jeu avec Maxime Cherblanc qui est très costaud mais de petite taille. Le club a donc pris contact avec moi et tout s’est enchaîné.

 

5/ Comment qualifierais-tu le projet du club porté par le Président Philippe Besson et les collectivités territoriales ?

Le projet du club est très ambitieux et donne envie ! Il se donne les moyens pour avancer et les collectivités aussi avec le projet de grande salle ! Tout ça est cohérent avec l’ambition LNH !

 

6/ Quel regard portes-tu sur ton futur club ? Ta future équipe ?

J’ai fait quelques entraînements avec l’équipe et il y a une très bonne ambiance ! Personne n’est exclu du groupe, tout le monde rigole avec tout le monde ! Hormis la déconnade, il y a un très bon travail mis en place par l’entraîneur avec également un entraîneur de gardiens qui permet de faire bosser les gardiens d’un côté et l’équipe de l’autre.  Je suis très impatient de faire partie de cette équipe !

 

7/ En tant que pivot, que penses-tu apporter au jeu des Chartrains ?

 Avec ma grande taille, je pourrai changer le type offensif de Chartres. Je pense pouvoir apporter au niveau de la défense, je pourrai aider les gardiens avec des contres, on pourra remodeler la défense sur une 0-6 et donc pas forcément proposer une 1-5. Et puis, j’espère pouvoir m’intégrer rapidement dans le groupe, je n’ai pas eu de mal à le faire dans un autre pays avec une autre langue, donc je me dis que si j’ai réussi à faire cela, je peux y arriver au sein du club de Chartres. Je ne suis pas quelqu’un qui s’exclu, qui fait sa petite vie de son côté, non, je suis quelqu’un d’ouvert qui est toujours partant pour aller boire un café, aller au cinéma si quelqu’un me propose !

 

8/ Tu as donc joué avec Robin Molinié à Saint-Raphaël, mais connais-tu d’autres joueurs au CMHB ?

 En effet, j’ai joué avec Robin un an à Saint-Raphaël, et donc je connais aussi Emeric Paillasson, mais je n’ai pas eu la chance de jouer avec lui car j’étais encore jeune.

 

 

9/ Cela a-t-il facilité ta démarche, conforté ta décision ?

 Oui aussi ! Car je sais que ce sont des joueurs avec qui je vais pouvoir m’entendre. En plus, le demi-centre a une relation spéciale avec le pivot, ils jouent directement ensemble, même chose pour les arrières. Donc le fait de se connaître favorisera cette connexion handballistique.

 

10/ Tu es donc venu à Chartres dernièrement pour rencontrer les dirigeants.

Mais connaissais-tu déjà notre charmante ville de Chartres ?

Pas du tout ! Mais quand je suis venu, on m’a fait visité le centre ville. C’est une ville charmante, bien propre, à taille humaine, on peut tout faire à pieds ! Je ne connaissais pas et je suis agréablement surpris !

 

11/ Viens-tu seul ou accompagné à Chartres ?

 Je viens seul.

 

12/ Outre le handball, as-tu d’autres passions dans la vie ?

 J’aime bien tout ce qui est hi-tech, mais je ne suis pas un geek ! J’aime toujours le basket, je suis la NBA !

Tu n’as que 21 ans et tu es quadrilingue ! Explique-nous, en Français STP !

Mes parents sont d’origine Yougoslave, mon père est de Mostar et ma mère est de Sarajevo. Ils sont arrivés en France durant la guerre dans les années 90. A la maison, on parlait Yougoslave, j’ai appris le Français à l’école et puis l’Anglais et enfin l’Allemand lors de mon expérience à Gummersbach !

 

 

13/ Le prénom Mario est original, as-tu une anecdote à nous raconter?

Oui... A ma naissance, mes parents n’arrivaient pas à se décider, et pendant 3 jours je suis resté sans prénom ! Mon frère, qui avait à l’époque 4 ans, jouait à Super Mario Bros sur la Nintendo et il est venu vers mes parents et leur a dit « pourquoi pas Mario ? » ; et mes parents ont accepté ! Voilà l’histoire de mon prénom !

Alors ? Satisfait ou tu aurais préféré Luigi ou Yoshi ?

(Rires) Oui satisfait, j’aurai pu tomber sur bien pire, mais non, je suis content de mon prénom !

As-tu un surnom ?

Non, pas de surnom ! On s’amuse parfois avec mon prénom « Mario Bros » ou « Super Mario », mais c’est tout !

 

14/ Pour finir, as-tu un petit mot à dire aux licenciés, bénévoles, supporters du CMHB ?

J’ai hâte de faire partie de cette aventure et j’espère que les supporters seront là pour nous aider à atteindre nos objectifs et que de notre côté nous fournirons un bon spectacle !

 

 

 

                                                              

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article